> CHIRURGIE ARTHROSCOPIQUE
> Genou : Les lésions méniscales
> Genou : Lésions ligamentaires du pivot central
> Genou : Lésions cartilagineuses
> Genou : Pathologies rotuliennes
> Genou : Pathologie synoviales
> Genou : Raideur du genou
> Genou : Traumatologie
> Épaule : Lésions tendineuses de la coiffe
> Cheville : Pathologie du cartilage de l'astragale
> Cheville : Pathologie conflictuelle

Genou : Traumatologie

par le Docteur Franck SCHAISON

 

Indications et principes

Dans les fractures articulaires déplacées type séparation ou enfoncement des plateaux tibiaux (Figure 1), l'arthroscopie permet, en plus du lavage de l'hémarthrose, un bilan lésionnel précis (cartilagineux, méniscal et ligamentaire) et le contrôle de la bonne réduction des fragments.
Une ostéosynthèse percutanée ou mini invasive réduit les douleurs, améliore les délais de récupération et le résultat fonctionnel.

 

Figure 1 : classification des fractures séparation/enfoncement des plateaux tibiaux

 

Technique

L'intervention est menée avec la même anesthésie qu’à ciel ouvert. Les voies d'abord sont le s voies classiques de l'arthroscopie du genou et un contrôle radiologique per opératoire à l'amplificateur de brillance est recommandé.

La réduction de la fracture se fait par un double contrôle (arthroscopique et radiologique). Lorsqu'il existe un enfoncement de faible importance, celui-ci peut être relevé par arthroscopie à l'aide du crochet palpateur ou d'une spatule, puis serré par un davier type dent de lion. Pour les enfoncements plus importants, la réduction nécessite comme à ciel ouvert de réaliser une fenêtre corticale sous jacente pour relever en bloc le plateau ou le fragment enfoncé à l'aide d'un chasse greffon. L'ostéosynthèse utilise le plus souvent des vis canulées guidées par des broches temporaires (Figure 2).

 

Figure 2 : contrôle radiologique d’une fracture enfoncement du plateau tibial interne, relevée et ostéosynthésée par 3 vis canulées mises en place en percutanée

 

Retour vers le haut