> CHIRURGIE ARTHROSCOPIQUE
> Genou : Les lésions méniscales
> Genou : Lésions ligamentaires du pivot central
> Genou : Lésions cartilagineuses
> Genou : Pathologies rotuliennes
> Genou : Pathologie synoviales
> Genou : Raideur du genou
> Genou : Traumatologie
> Épaule : Lésions tendineuses de la coiffe
> Cheville : Pathologie du cartilage de l'astragale
> Cheville : Pathologie conflictuelle

Genou : Lésions cartilagineuses

par le Docteur Franck SCHAISON

Définitions

Les lésions cartilagineuses (ou ostéochondrales) peuvent être traumatiques, arthrosiques ou nécrotiques (ostéochondrite).

Les lésions traumatiques peuvent détacher un morceau de cartilage ou un fragment ostéochondral, source de blocages. Elles peuvent se voir au décours d’un choc direct ou d’une luxation de rotule qui provoque une fracture de la berge exter ne de la trochlée ou de la rotule.

Les lésions arthrosiques sont liées à une usure souvent étendue du cartilage et concernent des patients souvent âgés.

Les lésions d’ostéochondrite (voir chapitre ostéochondrite) sont liées à une nécrose osseuse sous chondrale localisée qui apparaît chez l’adolescent et touche préférentiellement le condyle interne (Figure 1). Cette nécrose peut guérir spontanément avec la croissance ou fragmenter le cartilage évoluer vers un séquestre qui après fragmentation du cartilage peut se libérer dans l’articulation.

 

Figure 1 : classification en 4 stades d’une ostéochondrite du condyle interne

 

Place de l’arthroscopie

Intérêt diagnostic :

- Permet un bilan précis du siège, de l’étendue et de la profondeur des lésions ( Figure 2) : 
Grade 1 : lésion superficielle (fibrillaire, fissure, lacération)
Grade 2 : lésion touchant moins de 50% de l’épaisseur du cartilage
Grade 3 : lésion touchant plus de 50% de l’épaisseur du cartilage
Grade 4 : os sous chondral à nu

 

Figure 2 : classification selon la profondeur de la lésion cartilagineuse

 

Intérêt thérapeutique :

1) Dans l'arthrose, la place d'un traitement arthroscopique reste limitée. En cas d'épanchement abondant, résistant au traitement anti-inflammatoire et aux infiltrations de corticoïdes, le lavage permet d'évacuer des débris cartilagineux et les produits de dégradation du cartilage et assure un assèchement de l'articulation et parfois un soulagement. Une régularisation du cartilage (shaving) n'est pas utile mais en cas d'accrochage douloureux lié à un clapet cartilagineux, une régularisation arthroscopique (chondrectomie) est souvent bénéfique.

2) Dans les lésions post traumatiques ou d’ostéochondrite, la place du traitement arthroscopique est plus large. Des fixations de fragments ostéochondraux partiellement ou complètement détachés à l’aide de mini vis est possible (Figure 3). En cas de perte de substances cartilagineuses, des perforations ou des microfractures de l’os sous chondral, qui favorisent la formation d’un caillot puis d’un fibrocartilage, améliorent les patients. Enfin des greffes ostéochondrales en mosaïque (mosaïcplastie) sont réalisables à ciel ouvert ou sous arthroscopie pour la réparation de pertes de substances du condyle chez les patients de moins de 50 ans, (Figure 4).

 

Figure 3 : fixation par vis enfouies d’une lésion d’ostéochondrite

Figure 4 : Extraction d'un séquestre d'ostéochondrite et prélèvement de 3 greffes ostéochondrales cylindriques sur les berges de la trochlée (photo de gauche)
Fixation en mosaïque des greffes au niveau de la perte de substance du condyle interne (photo de droite).

 

Retour vers le haut