> Pathologie tendineuse du genou
> Lésions méniscales
> Rupture du ligament croisé antérieur (LCA)
> Rupture du ligament croisé postérieur (LCP)
> Ostéochondrite du genou
> Pathologies rotuliennes
> Raideur du genou
> L'arthrose du genou
> Les prothèses de genou
> Récupération rapide après chirurgie du genou (RRAC genou)
> Reconstruction du ligament croisé antérieur en ambulatoire
> Prothèse totale de genou en hospitalisation courte

Raideur du genou

par le Docteur Franck SCHAISON

Définition et origine

Elle se définit comme une limitation de la flexion et/ou de l'extension du genou.

Rarement spontanée, elle est le plus souvent secondaire à un traumatisme ou à un acte chirurgical réalisé sur le genou. Elle peut être d'origine extra -articulaire (rétraction du quadriceps après fracture du fémur par exemple) ou d'origine intra -articulaire (pathologie ligamentaire, fractures articulaires, prothèse …).

Les limitations de la flexion sont les plus fréquentes et relèvent plus d'une origine fracturaire que ligamentaire.

Les limitations de l'extension ou flessum , plus rares, sont exclusivement d'origine ligamentaire.

Les limitations de l'extension et de la flexion (raideur mixte) ont des causes souvent intriquées.

 

Ces raideurs peuvent être aussi déclenchées ou aggravées par une algodystrophie. Il s'agit d'une rétraction douloureuse des parties molles (ligament, capsule, muscles) spontanée ou compliquant une pathologie ostéoarticulaire.

La libération d’une raideur articulaire est appelée arthrolyse. Celle -ci peut être articulaire et réalisable sous arthroscopie et/ou extra -articulaire toujours réalisée à ciel ouvert.

 

Principes d'une arthrolyse

Seules les raideurs intra-articulaires sont accessibles à une arthrolyse sous arthroscopie. L'intervention est menée sous anesthésie générale et/ou locorégionale. Le matériel nécessaire comporte des instruments standards (pinces basket, couteaux motorisés), mais aussi un bistouri bipolaire et des instruments mousses. Les voies d’abord antéro interne et externe sont suffisantes pour réaliser une synovectomie antérieure (cul de sac sous quadricipital, rampes condyliennes et échancrure).

 

La limitation de la flexion est liée à des adhérences du cul de sac sous quadricipital et des rampes latéro-condyliennes internes et externes, qui seront effondrées, ainsi qu’à une rétraction des ailerons rotuliens internes et externes, qui seront sectionnés. A l'issue, une mobilisation douce en flexion est réalisable.

L'arthrolyse antérieure donne les meilleurs résultats si elle est réalisée précocement (avant le 3ème mois).

La limitation de l'extension qui complique parfois les reconstructions du ligament croisé antérieur est liée à une prolifération fibreuse située en avant du transplant, qui vient en conflit avec le bord antérieur de l’échancrure (encore appelé syndrome du cyclope). La résection de cette fibrose au couteau motorisé et/ou l’élargissement de l’échancrure à la fraise motorisée fait disparaître le conflit (figures 1et 2).

 

Figures 1 et 2 : déficit d’extension du genou droit après plastie du LCA et confirmation d’u n syndrome du cyclope en arthroscopie

 

Soins post opératoires

Dans les suites d'une arthrolyse, la prise en charge de la douleur post opératoire est fondamentale, réalisée idéalement par bloc anesthésique prolongé avec cathéter en place associé aux morphiniques. Des attelles de posture en flexion ou extension sont souvent indiquées.

Les mobilisations passives continues avec un kinésithérapeute ou sur arthro moteur (Kinétec) sont encouragées et les patients sont adressés en centre de rééducation.

 

Retour vers le haut